Premier voyage depuis deux ans

Il y a tellement à dire qu’on ne sait pas par où commencer !

Tout d’abord la joie d’être de retour dans le pays, de retrouver ceux qui au fil des années sont devenus des amis, de retrouver leurs rires et cet accent chantant si particulier.

Puis ensuite, aller voir sur le terrain ce qui a été fait pendant notre absence, découvrir comment coup de pousse a continué à s’épanouir là-bas pendant ces deux années.

Essayons de partager cela par des photos et de courtes vidéos (15 secondes max) qui vous emporterons direct dans la savane sans sortir votre passeport ni faire de test PCR 😁 !

L’action la plus visible de coup de pousse Togo ces deux dernières années a été la construction des trois bâtiments d’école primaire que nous devons inaugurer avec les officiels (maire, représentant du préfet, inspecteur du primaire…)

École 1 : village Djamoni

Tous les habitants nous attendent. L’ambiance est un peu inhabituelle : le ciel est gris et plombé et la lumière poussiéreuse. Et puis les masques que nous mettons pour donner le bon exemple contribuent à créer cette ambiance un peu particulière. Les officiels les portent aussi.

Comment dans les deux autres villages les villageois ont préparé une belle fête.

Les danses sont vigoureuses 😳 nous sommes toujours étonnés. Dos fragiles s’abstenir !

Le bruit est assourdissant car les villageois ont loué une sono. On peut à peine s’entendre. Mais la joie est visible sur tous les visages.

Avant : ancienne école de Djamoni

Comme peut-il être possible d’étudier et d’enseigner serrés comme des sardines dans des bâtiments aussi inconfortables ? Pas seulement cela, ces bâtiments n’offrent aucune sécurité aux enfants. Le directeur de l’école de Kona nous a confié que lorsque les villageois ont remis en service l’apatame de leur ancienne école (il n’y a jamais assez de place !), ils ont tué 17 scorpions et chassé 3 ou 4 serpents. Cela fait froid dans le dos !

Après : trois classes, un bureau du directeur et un magasin de stockage

C’est le premier bâtiment qui a été construit en BTC (brique de terre compressée). Vous pouvez rafraichir votre mémoire en lisant ce billet du printemps dernier sur le sujet. En résumé : l’association a développé, en partenariat avec un entrepreneur local, une méthode vertueuse de construction de bâtiments en utilisant au maximum des matériaux locaux et en impliquant les villageois bénéficiaires. Ceux-ci fournissent une main d’œuvre à faible valeur ajoutée et des matériaux de base nécessaires à la construction : gravier, sable, latérite, etc. Les briques sont fabriquées une par une par des maçons pris parmi des villageois, formés par nos soins à la fabrication des briques de terre compressée, sous supervision de notre équipe locale. Cela permet de diminuer de près de 40% le prix d’un bâtiment mais aussi d’impliquer fortement les villageois qui deviennent des acteurs dynamiques du développement de leur village. Les trois bâtiments, que nous avons inaugurés ce voyage, à Djamoni, Dokpolou et à Kpark ont été construits suivant cette méthode qui n’a que des avantages.

Comme d’habitude le RCD et nous signons notre travail : c’est le premier bâtiment marqué du nouveau logo de coup de pousse et nous en sommes très fiers !

Ce qui frappe lorsque nous entrons dans l’école est une sensation de « fraîcheur », fraîcheur toute relative car il fait plus de 30°C dehors (nous n’avons pas d’instrument de mesure). Toutefois lors des trois inaugurations tous les participants feront cette remarque. La brique restitue moins la chaleur extérieure que les parpaings en ciment. C’est le deuxième avantage, après celui d’ordre économique, de cette nouvelle façon de construire. Que du bonheur donc !

Après avoir coupé le ruban, Honorine, présidente du RCD,
retourne temporairement en classe

École 2 : village de Dokpolou

Pas de sono ici (ouf !) Des instruments traditionnels nous accueillent.

.

Augustin fait le show !

Nous découvrons des talents que nous ignorions chez Augustin, notre super-préfet des études et contrôleur sur le terrain. Il se mêle au comité d’accueil et nous fait une magnifique démo de tam-tam.

L’école est sur un très joli site arboré avec beaucoup de Teck, un bel arbre avec des larges et fines feuilles vert tendre. Les bâtiments sont encore plus jolis qu’à Djamoni. La latérite utilisée est plus rouge et l’ensemble s’harmonise bien avec le paysage. Les joints en creux donnent du relief et franchement l’ensemble est élégant. Notre chef de projet, Didier, que vous commencez à bien connaître, a un sens pratique redoutable mais il possède aussi un sens de l’esthétisme inné. Cette élégance est sa signature.

Ancien bâtiment : un environnement ombragé mais un bâtiment totalement inadapté pour une école primaire
Nouveau bâtiment de Dokpolou
Paul, un rotarien, admire les latrines attenantes

Le cadre bucolique faisant son effet, je m’emballe et commence à parler de « l’esthétisme » du bâtiment des latrines ! Patrick craignant l’insolation, me met rapidement à l’ombre 😊.

À l’heure des discours, celui-ci est de plus en plus en verve et son moba (dialecte local) s’améliore de jour en jour ! Il harangue la foule comme un pro.

Les officiels, sous les arbres

Les femmes nous font une démo de sor-pan pour battre le sol. Elles se mettent ensemble et chantent en battant le sol. C’est ainsi qu’elles font lorsqu’elles doivent damer une grande surface. On me dit que le fait de chanter leur fait oublier la fatigue. (🤔) et l’opération serait encore plus efficace que du cimentage, m’assure Honorine.

Les femmes tapent le sol et les autres ajoutent de l’eau pour « cimenter » le sol

Les femmes qui ont fait cette démo ont de beaux pagnes identiques et l’assistance a soigné son apparence. Dans ce village, il y a eu clairement un effort d’élégance.

Un exemple d’élégance

Le village nous a offert un repas, pintade et riz assez épicé 🥵. Lorsque nous repartons, les danseurs font une ovation à Patrick qui échappe difficilement à ses nouveaux fans !

Patrick est le nouvelle idole des jeunes de Dokpolou !

Dans chaque village nous avons laissé des ballons de foot, pour l’école mais aussi pour les jeunes du village. Des cadeaux qui ont beaucoup de valeur ici.

École 3 : village de Kpark

L’école a été construite cette année et finie au printemps. Le site est moins attractif et plus aride. Il faudra planter la cour. C’est la deuxième inauguration de la journée, la deuxième série de discours et le deuxième repas offert par la population (nous saurons nous méfier de la pintade et du riz à l’air si inoffensif 😄). Pas d’instruments traditionnels ici. Les villageois ont loué une sono. Le groupe électrogène fait un bruit infernal et Larsen s’est invité à la fête.

Les enfants attendent à l’ombre

Malgré la sono qui grésille, les discours se succèdent. Le nouveau maire de Tanjouaré, une figure importante ici, essaie de responsabiliser les parents rassemblés quant à l’entretien des bâtiments. Son discours est énergique. Honorine parle juste après. Elle parle joliment sur l’amitié et en profite pour promouvoir le projet SavaNana* qui aidera les filles à ne pas manquer l’école.

*SavaNana : projet pour dédramatiser, informer et fournir des solutions pratiques aux filles au moment de leurs règles avec des produits réutilisables et transportables facilement

Les deux femmes pilent le petit mil

Les femmes peuvent aussi porter le mil au moulin mais la solution est loin d’être parfaite. On nous explique en effet que de la limaille de fer des lames se glissent dans la farine 😳.

C’est une opération fatigante qu’elles font en plein soleil avec une énergie impressionnante. Et dès que c’est terminé, elles se mettent à danser ! Il faut dire que cette fête est assez exceptionnelle pour les habitants. Dans les trois villages elle durera jusqu’au coucher du soleil

Nous quittons le village avec une pintade chacun comme souvent mais pour la première fois, les villageois remercient également Didier et Augustin. Ordinairement ils ont le mauvais rôle, ceux qui font travailler les villageois et ceux-ci leur en veulent souvent car Didier et Augustin sont des chefs de chantier exigeants. Mais là, non ; clairement la population leur est reconnaissante de l’aide apportée dans la construction.

Une page semble être tournée. Tout ce travail, ces constructions, la mobilisation des populations, la gestion de la fabrication des briques ont été faits sans nous. Cette absence de deux ans a montré que coup de pousse Togo, comme nous nous plaisons à l’appeler, a atteint une certaine maturité.

La responsable SavaNana au collège, une femme sur qui on peut compter

Pour autant, la finalité de coup de pousse n’est pas de construire des bâtiments et d’inaugurer des écoles. Nous voulons une école de qualité et y attirer le plus grand nombre possible sans laissé-pour-compte. Cela nous amène à nous préoccuper des cantines, des filles et de leur présence à l’école (projet de SavaNana pour lutter contre l’absentéisme pendant les règles mais aussi les aider dans leurs corvées d’eau), à aider des orphelins dont la naissance n’a jamais été déclarée et qui ne peuvent donc pas aller à l’école… Le travail ne manque pas !

Pour être tout a fait transparents, nous espérons également de pas manquer de fonds à moyen terme. Les levées de fonds que nous avons faites récemment comme à l’occasion de Belle-Île-en-trail 2021, n’ont pas, malgré nos vaillants traileurs, été aussi concluantes que les années précédentes. Il va falloir nous réinventer ! Mais après ce voyage et ragaillardis par la pintade de la Savane, nous sommes gonflés à bloc et prêts à tous les défis 😁

Magnifique coucher de soleil sur la Kara, au retour vers Lomé

À suivre…


7 commentaires

Alain ADAM · 4 novembre 2021 à 20 h 40 min

Que c’est beau tout ce travail et cette joie de pouvoir accéder à une éducation de qualité.

Dominique · 5 novembre 2021 à 6 h 41 min

Moi je trouve que Florence et Patrick font un travail remarquable … en toute objectivité. Le démarrage des activités production des briques et protections féminines est en bonne voie et offre des perspectives intéressantes pour developper une activité économique locale. Il faudra effectivement des généreux donateurs pour maintenir cette belle dynamique ! Donnons aux Togolais l’envie de rester chez eux dans cette belle région !

    Florence · 6 novembre 2021 à 13 h 29 min

    Merci pour ces encouragements !

Alain Adam · 5 novembre 2021 à 22 h 26 min

Bravo, Bravo, et encore Bravo !!!!!!😂😂😂😂😂

    Florence · 6 novembre 2021 à 13 h 29 min

    😊

Nadia · 9 novembre 2021 à 10 h 12 min

Merci à vous pour ce superbe reportage. C’est comme si j’étais partie avec vous. Les projets qui ont vu le jour sont grandioses. Vraiment bravo a tous les acteurs de ces projets. Je serais intéressée pour en savoir plus sur SavaNana et pouvoir y contribuer également. Amitiés. Nadia

    Florence · 18 novembre 2021 à 18 h 04 min

    Merci ☺️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *